Print this pagePrint separator font size little Font size medium Font size large  
  Project profile    
May.
14
2009

TICE et Littérature - Bloc-notes : impression de spectateur 1

Posted by: LE BAUT Jean-Michel

Le blog i-voix est par nature

un journal de bord :

chaque jour chaque élève

peut y noter ses impressions

sur un sujet

en lien avec la littérature.

On y trouvera par exemple

 des impressions de spectateurs...

 

 

des articles écrits dans la foulée

d’une représentation théâtrale

ou de la projection d’un film

(sur une réplique frappante, un accessoire, un élément du décor,

un jeu de scène, un personnage, un thème,

la lumière, la musique, un geste, un passage…)

 

Ainsi le blog permet-il à chacun d’exercer et de perfectionner son regard.

Ainsi le blog permet-il aussi à la classe de construire et fixer

 la mémoire collective du spectacle.

 

Voici quelques exemples…

 

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR – L’Ecole des Femmes  - Décor

Ce qui a retenu mon attention durant tout le spectacle c’estl’imposant tableau qui faisait office de rideau. Ce dernier créait un contraste étonnant avec le contexte de la pièce se passant au 17ème siècle, sa surface était entièrement couverte de couleurs vives telles que le jaune, le rouge et le orange et en son centre se trouvait un cœur de travers transpercé par une flèche.

Par sa présence, cette toile m’a presque fait croire que la pièce qui allait être jouée serait uneinterprétation contemporaine de L’école des femmes.A la fin de chaque acte celle-ci se baissait comme pour continuer à montrer le malheur et la souffrance d’Arnolphe.

Jai réalisé à la fin de la pièce que ce cœur était en fait à l’effigie de celui  d’Arnolphe, transpercé de part en part d’une flèche.

 

EMMANUEL

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR 

 

L’Ecole des Femmes  - Une réplique

 

"Eloignement fatal ... "

A ce même moment,  le plateau tournant de la scène se met à bouger et Daniel Auteuil recule. Ce faisant, il regarde d'un air désespéré la scène qui s'éloignede lui. Ce moment m'a marqué car on aurait dit qu'il voyait la scène bouger en tant que personnage. Mais ... Je pense que la scène de Molière, il y a 400 ans, n'était pas automatisée de la sorte ... 

 

MARINE

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR

 

L’Ecole des Femmes  - Un accessoire

 

Le mouchoir qu'avait le personnage joué par l'incroyable Daniel Auteuil m'a fait beaucoup rire. En effet, à chaque fois que les actions devenaient gênantes et critiques, il s’épongeait le visage avec ou le mettait sur sa bouche pour retenir ses cris de colère et de rage, il s’en est servi un nombre très important de fois, dans des scènes toutes aussi drôles les unes que les autres.

LOGAN

 

-----------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR 

 

L’Ecole des Femmes  - Accessoires

 

Il y avait quelques accessoires qui résument un peu cette pièce,

correspondant chacun à ses étapes et caractérisant chacun un personnage :

 

un lourd rideauoù vole un cœur,

une
canne voltigeuse,

six murs en une
maison ayant le tournis,

deux
bancs contre leur gré en grès,

une
porte secrètement secrète,

un
paquet contenant une robe blanche savamment remise en boule,

une
coiffe décousue se cousant,

une
bourse noire d’écus rutilants,

deux
lettres cachetées de rouge,

un
chiffon blanchement flagellateur,

une
pierrerondement cubique, une lettre amoureuse,

deux
paniers où dépassent vertement des poireaux,

deux
pièces gentiment mises en poche,

des
bâtons vilement matraqueurs,

six
chapeaux de paille ou velours ou daim avec quelques plumes

et des
lunettes solaires anachroniquement présentes.

 

FIONA

 

-----------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR

 

ENRICO V – Sentiment éprouvé

 

J'ai eu le sentiment que, durant tout le spectacle, le rire s'opposait aux pleurs :


-le roi de France et ses courtisans rient pendant qu'Henry V se morfond seul dans l'obscurité à droite de la scène.

- Pepe Robledo qui incarne le chef des armées pleure des horreurs de la guerre pendant que Pippo Delbono rit derrièrelui.

Je pense que c'est grâce à ces deux élémentsque la pièce prend tout son sens;  le rire représente la folie conquérante d'un roi qui provoque le deuil et les pleurs de tout un peuple choqué par les monstruosités de laguerre.

 

EMMANUEL

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSIONDE SPECTATEUR

 

ENRICO V – Personnage

 

Je partage l'avis de Charlotte. La corpulence du comédien m'a tout de suite interpellée .Je crois qu'il jouait deux rôles : l'homme avec sa cagoule noire et le Dauphin, le personnage représentant la France. C'était mon personnage favori ! La scène où il apparaît pour la première fois est une de mes préférées : lorsqu'il est accompagnéd'un groupe de personnes partageant ces idées, répétant ce qu'il dit, riant lorsqu'il rit.  J'adorai son rire et sa manière de s'exprimer en français. Tout me plaisait chez ce personnage. Il me paraissait vivre ailleurs et j’ai adoré le moment où il parle de son beau cheval Pégase. Il m'est même arrivéde verser de petites larmes lors d’une scène, très bouleversante : on le voit arrivé la bouche recouverte de sang et les yeux bandés, il se met à rire en appelant ses amis  « René, Christiane, Gustave… » mais se rend compte qu’ils ne sont plus là, puis finit par mourir. Il jouait vraiment très bien ! Les personnages étaient tous uniques mais celui ci avait une personnalité que j’ai appréciée plus que les autres.

 

Ce sombre spectacle, cette pièce bouleversante et sa triste histoire m’ont touchée en plein cœur.

 

 

 

CLAIRE

 

------------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR 

 

ENRICO V – Costumes

 

LESCOSTUMES

 

Les costumes sont surprenants : ils sont très simples ,les personnages sont parés d'habits actuels, sombres, sans apparats, différents de ce que l'on pourrait attendre pour cette pièce qui traite de la royauté. Même le roi a pour habits royaux un jean, T-shirt noir et blouson de cuir et sacouronne est en carton. Les sujets sont vêtus de pantalons sombres etd'un long manteau noir faisant office de cape.
Je pense que cette pièce démontre qu'un roi n'a rien de plus qu'un autre être humain, mis à part le faste, comme il le précise bien au milieu de la pièce.Mais qu'est-ce que le faste, quand on ne peut dormir la nuit Qu'est-ce que le faste quand le jour on doit pleurer les morts des champs de bataille Il n'y a que cette richesse qui peut différencier ce roi de nous, et justement ces costumes
dénué sde toute richesse le met à notre niveau et il devient un roi pauvre.
Il y avait aussi un autre costume étonnant : celui du beau cheval blanc, un cheval se déplçant sur deux pattes, un
cheval humanisé.

 

FIONA

 

-------------------------------------------------------------------------------

 

 

IMPRESSION DE SPECTATEUR 

 

FEBRE - Occupation de l’espace

 

L’occupation de l'espace par le groupe m’a beaucoup marqué, tout l'espace de la scène était utilisé même le mur qui se trouvait derrière. Les acteurs arrivaient a créer une émotion de grandeur mais aussi un sentiment d’enfermement comme s’ils étaient coincés sur une scène immense. 

Dans beaucoupde passages les acteurs couraient sur toute la scène, ils donnaient une impression de vouloir fuir, s’échapper de tous  les problèmes, les difficultés  qu’ils vivaient au quotidien. Dans certains passages onassistait à une poursuite entre deux acteurs, cette course se terminait quand un acteur avait rattrapé l’autre. Il s’ensuivait une scène d’une violence choquante. Cela montrait que malgré la volonté des acteurs d’échapper aux problèmes, ils étaient rattrapés par ces derniers et devaient y faire face.

On remarquait aussi que les acteurs jouaient certaines scènes  près du public, pour créer un contact plus fort et pour mieux faire passer leurs émotions ; j’ai d’ailleurs retenu un passage en particulier. C’est quand on voit un homme saoul qui est au devant de la scène et qui y reste pendant de longues minutes, sans bouger, la tête baissée. J’ai trouvé très intéressant de mettre un acteur inactif au devant. Cela transmet beaucoup d’émotions et est très touchant.


 LOGAN

 

 

 

 

 

 

 

 

spacer
  Back to main page Back to main