I-Voix-I-Games

Notre projet naît de l’union de deux approches méthodologiques, il favorise et examine l ‘innovation tirée des principes pédagogiques ; il définit de nouvelles approches impliquant la notion de l'apprentissage par problèmes et contextualisé. Il vise au transfert des connaissances grâce à l'intégration de « Game Based Learning (GBL) » avec des éléments connus aux nouvelles générations. Il rassemblera une collection de jeux qui permettront d'améliorer la prise de conscience de la culture européenne depuis la transmission d'expériences culturelles et linguistiques. Cela permettra aux utilisateurs de vivre une expérience innovante et passionnante,des moments historiques / culturels et linguistiques européens. Il explorera les incertitudes liées aux interactions culturelles et multiculturelles, par conséquent, les Jeux auront comme but celui d'encourager la réflexion personnelle sur les résultats du processus d'intégration européenne en dehors d'un cadre éducatif traditionnel et formel. Les résultats du projet, y compris des modèles novateurs pédagogiques, le développement et la mise en œuvre de GBL et les systèmes d'approches entre les jeunes peuvent être transférés à d'autres environnements d'apprentissage pour de différents utilisateurs dans de différentes organisations. Le projet se concentre sur les jeux de GBL en vue de fournir un parcours d’apprentissage très motivant, attrayant et capable de former certaines des compétences du XXIe siècle telles que l'adaptabilité, l'auto-détermination, la prise de risques, la communication interactive et ses priorités; ces compétences sont particulièrement complexes à enseigner par les approches traditionnelles. Les Serious Games (SGS) sont des simulations virtuelles interactives de situations réelles où l'utilisateur développe des stratégies de communication ou de comportement dans l’objectif , face à la situation, d’examiner des preuves contradictoires et d'essayer des options différentes pour voir comment l'environnement réagit aux différents stimulis. Très similaires et proches de la réalité, les jeux sérieux sont en situation multi –choix par qui l'utilisateur peut expérimenter avec des aspects différents de la même situation.

Dec
03
2010

CONSIDERATIONS....

Posted by: Marina Marino
Picture

 les jeunes et les TICES

les transformations actuelles viennent parachever un long processus d'autonomisation des jeunes.
Les parents ont d'abord encouragé leurs enfants à développer leur autonomie culturelle pour qu'ils puissent construire "un monde à eux" (ce que certains appellent la "culture de la chambre à coucher", qui est devenu un lieu privatif - pour les parents).
Puis, avec l'avènement des TIC, des changements qualitatifs se produisent: elles permettent d'entretenir leur vie relationnelle avec leurs groupes de pairs de façon continue (quelque soit le moment et le lieu). Par exemple, au lycée, dès que le cours est terminé, ils consultent leur portable, dans leur chambre, à travers le "msn t'chat", ils continuent.
Ce réseau de liens en direct et en continu pose évidemment la question des liens sociaux avec "les autres", c'est-à-dire ceux qui n'appartiennent pas au groupe des pairs: les parents, les enseignants, les autres élèves.

Doit-on craindre une coupure entre les générations

les jeunes et les TIC: histoire de liens

tout porte à croire qu'il y a un vrai problème de "communication" lié aux générations.
Pour autant, je serais un peu plus nuancé (oui je sais).
François de Singly montre qu'il ne faut pas confondre autonomie et indépendance. Si les jeunes ont effectivement gagné en autonomie culturelle, ils restent de plus en plus dépendants de leurs parents (du fait de l'allongement de la scolarité, des difficultés à trouver un emploi stable etc...).
Autrement dit, les liens sociaux existent, mais ils sont remis en cause en partie par ces changements contradictoires: plus d'autonomie d'un côté et moins d'indépendance de l'autre. Ce qui génère des tensions inévitables: les jeunes se croient indépendants parce qu'ils ont plus d'autonomie; les parents essayent une reprise en main ...en vain parce qu'ils se heurtent à cette volonté d'autonomie.
Ce sont des tensions entre des pratiques individuelles (de construction de soi) et des normes collectives (cohésion du groupe).
En classe, le problème est le même (Mais m'sieur, pourquoi dois-je enlever mes écouteurs, mon portable, mes MP3, ma clé USB ? ^^)

les jeunes et les TIC: histoire de liens

Source: François Guité

 

 Les TIC ne sont pas que des innovations "technologiques", elles touchent aussi aux questions de pouvoir et de rapports sociaux.
Dominique Pasquier montre qu'elles participent à la diffusion de certaines normes / valeurs de la culture globale.
Ainsi, par exemple, ce qui est nouveau, c'est que les jeunes affichent ostensiblement leur réseau de relation de façon quantitative: les TIC leur permettent de comptabiliser le nombre de personnes. Sur les réseaux sociaux, on indique aux visiteurs combien vous avez d'amis.

Ce qui compte, c'est la quantité, et pas la qualité: les jeunes savent bien que tous leurs contacts ne sont pas mobilisables, mais ils comptabilisent et comparent les chiffres.


les jeunes et les TIC: histoire de liens

source

Voilà pourquoi  l'utilisation des resaux sociaux en contexte pédagogique peut  transformer des outlis ludiques en puissants instruments d'enseigement/apprentissage et de motivation:on  introduirait enfin le monde des Tices dans l'univers scolaire